Présentation du parti

Un parti, une ambition et un idéal

Trahi d’en haut, trahi par le parti auquel il a tout donné, à la Conférence nationale d’octobre 2000, le président du parti majoritaire au pouvoir a abandonné la Ruche aux frelons. « Tout le monde (savait) d’où vient le Coup ». Après un long congé sabbatique, à l’extérieur notamment (pendant lequel on a fait courir toutes sortes de ragots), avec un noyau de camarade restés fidèles, malgré tous les risques, IBK met en synergie ses clubs de soutien : Alternative 2002 est née et balise le terrain pour le Rassemblement Pour le Mali (RPM) mis sur fonds baptismaux le 30 juin 2001. Bamako lui fait un triomphe, car c’est la première dans l’histoire politique du Mali qu’un responsable politique, seul, réunit, autour de sa popularité, 25.000 partisans dans un Stade. Plus rien ne sera désormais comme avant.

Un parti politique par définition est une association de personnes constituées en vue d’une action politique. Le choix du type de parti est un exercice politique majeur qui s’opère en général en fonction du type de société que l’on ambitionne réaliser.

Le projet de société du Rassemblement Pour le Mali (RPM) vise la réalisation au Mali d’un Etat républicain, démocratique et social, fondé sur l’humanisme soudanien. Cet Etat tire sa source des valeurs universelles de liberté, de justice, d’égalité et de solidarité de la social-démocratie, motivées par les valeurs culturelles et les traditions historiques positives de la société malienne. Ce sont, entre autres, le respect réciproque ; la sacralisation de la parole donnée ; le respect de la dignité humaine, « DANBE » ; la qualité de l’être humain au delà des différences raciales et ethniques et qui fait sa sociabilité« Adamadeya » ; l’idéal de vie en harmonie avec ses voisins, « siginyogonya » ; l’alliance à plaisanterie, « sanankunya » ; et le sens de la mesure et de la modération,« sabali ni mynyu ». Cet humanisme assoit une conscience nationale contre l’injustice, l’exclusion, la paresse, le mensonge, le vol et la trahison et constitue le fondement du slogan du RPM à savoir « faire la politique autrement ».

Un Parti de masse

C’est pourquoi, nous avons fait le choix d’un parti de masse, ouvert sur la société malienne et représentatif de ses diversités sociales, culturelles et linguistiques. L’action politique dans un tel parti est dirigée par des équipes d’hommes et de femmes liés par la fraternité, la camaraderie, et la convivialité. Les chefs des équipes sont nécessairement des rassembleurs, des meneurs d’hommes et constituent des éléments d’équilibre qui doivent incarner en premier lieu les valeurs de base et les principes organisationnels du projet.
Dans un tel parti, ce sont l’idéal de vie en commun, l’éthique politique, les valeurs partagées et les principes organisationnels qui doivent constituer le socle commun contre les pratiques d’exclusion et l’esprit de clan ou de tendance.
Les partis de masse ont une structuration pyramidale, allant de la base au sommet en comités, sous-sections, sections et fédérations. Ils fonctionnent selon les principes du centralisme démocratique, mais restent ouverts au débat d’idées, à l’expression responsable des opinions et positions, à la critique et à l’autocritique constructifs. Leur politique commune n’est pas établie de prime abord, mais elle est toujours renouvelée en fonction des résultats de discussions franches et constructives.
Les responsables de ses structures : comités, sous-sections, sections et fédérations, doivent incarner, à l’instar des premiers responsables, l’éthique, les valeurs de base et les principes organisationnels du projet. C’est pourquoi, ils doivent être choisis parmi les hommes et les femmes de vérité, les hommes et les femmes crédibles, rassembleurs, justes, capables de se mettre à égale distance vis-à-vis des autres membres, qui sont socialement et/ou intellectuellement et/ou matériellement représentatifs et dans tous les cas politiquement capables et engagés.
Dans les partis de masse le vote est de règle. Le vote est un acte politique de haute portée démocratique. Il se conçoit sur la base de un homme – une voix et consacre l’égalité des militants et des sexes. Le vote intervient dans tous les processus de prise de décision au sein du parti, notamment dans l’adoption des motions, des résolutions, des déclarations et dans le choix des hommes.

Camarades délégués

Le BPN a voulu rappeler ces quelques valeurs, principes fondateurs et lignes philosophiques qui doivent caractériser notre parti et concourir à la définition de son identité. Car, il ne faut jamais oublier que notre pays compte environ 113 partis politiques, parmi lesquels les maliennes et les maliens se regroupent en fonction de leurs rapports humains et leurs choix politiques, économiques, éthiques et de société.
Nous, ici présents, venus de toutes les régions du pays et de l’extérieur, avons décidé d’appartenir au parti RPM aux couleurs or et vert dont la devise est justice-progrès-solidarité, le symbole est le tisserand rassembleur, créatif et vivant dignement de son travail.

Identité du RPM

Camarades, définir l’identité propre du RPM revient donc à répondre aux questions ci-après :

  • Quelles sont les valeurs de base essentielles de notre projet de société (synthèse des valeurs universelles et des valeurs culturelles et des traditions historiques positives maliennes) ? Peut-on en retenir trois (3) ou cinq (5) les plus importantes ? Quelle est la place de la devise dans les valeurs de base du parti ? Comment fidéliser les membres du parti autour des valeurs de base essentielles du parti ? sa devise ? ses couleurs ? son symbole ?
  • Quels sont les grands principes politiques qui organisent les réflexions et l’action politique du RPM ? Par exemple, quel contenu mettons-nous dans « faire la politique autrement » ? « le Mali au dessus de tout » ? ; «être cohérent avec soi-même » ? « kankélentigui » ? « Dieu-le Mali-ma conscience » ?
  • Quelles sont les catégories sociales de la population malienne auxquelles le projet de société du RPM s’identifie ? Pensons-nous que la société malienne est structurée en classes sociales ? Sinon, comment identifier des catégories sociales aux intérêts antagonistes ?
  • Quelles sont les théories philosophiques, politiques, économiques et culturelles dominantes qui inspirent le projet de du RPM ? Comment définir l’humanisme soudanien ?
  • Que propose le projet RPM en particulier aux maliennes et aux maliens en terme de choix politiques majeurs et d’options économiques? En quoi le projet de société du RPM ou le programme économique du RPM serait-il différent des autres ?

Ces questions entre autres doivent faire l’objet de longs échanges au sein de nos comités, sous-sections, sections et fédérations du parti dans la perspective du prochain congrès du parti. J’ose espérer que vos propositions, suggestions et recommandations sur chacune de ces questions seront largement reflétées dans les rapports d’activités que chaque structure doit nécessairement préparer à l’occasion des instances nationales du parti.
Dans le but d’assurer une large diffusion des textes fondamentaux du parti, le BPN a préparé, avec l’appui technique et financier de la Fondation CMDID, deux dépliants : l’un sur le résumé du projet de société du parti et l’autre sur les valeurs et symboles du parti (ils vous seront distribués au cours des présentes assises). En outre, le BPN a organisé divers ateliers de formation et des conférences de cadres thématiques afin de mieux faire connaître le parti.

I. Le Parti : type et organisation

Le choix de type de parti est un exercice politique majeur qui s’opère en général en fonction du projet de société que l’on ambitionne de bâtir.

Notre projet de société, vise la réalisation au Mali d’un ordre social-démocrate nouveau fondé sur l’humanisme soudanien. Il consiste en la transformation de notre société à la lumière des valeurs fondamentales de liberté, de justice et de solidarité, motivées par notre tradition humaniste qui place l’homme comme but, fondement et moyen.
A terme, le projet de société RPM devra assurer à notre pays les conditions d’un développement humain durable dans le triple contexte de la décentralisation, de l’intégration africaine et de la mondialisation.

La transformation qualitative de notre société dans le contexte d’un Etat de droit où les libertés publiques et les droits humains sont garantis et protégés, ne peut être envisagée que par des réformes politiques, économiques, sociales et culturelles profondes dans lesquelles les larges masses se reconnaissent et auxquelles elles adhèrent.

Le Parti, l’un des instruments de mise en œuvre de cette politique de réformes doit, à cet effet, être large et ouvert. Il doit être représentatif de la société malienne dans sa diversité sociale, ethno-culturelle et socioprofessionnelle parce que visant la consolidation de la nation malienne, qui ne peut se concevoir que par la réalisation d’une symbiose parfaite des racines historiques de l’humanisme soudanien et des valeurs fondamentales du socialisme démocratique.

C’est pourquoi, au plan politique, nous faisons le choix de construire un parti de masse ouvert aux maliennes et aux maliens, à tous citoyens vivant au Mali et singulièrement à ceux de l’espace Ouest Africain.

L’action politique du RPM vise à traduire dans les faits les valeurs de vérité, de droiture, d’équité et de respect de la parole donnée.
Le Rassemblement Pour le Mali (RPM) un parti de rassemblement, de réconciliation, de compromis sans compromission et d’entente mutuelle. Son organisation se fonde sur une structuration pyramidale, allant de la base au sommet en comités, sous-sections, sections et fédérations ; il fonctionne selon les principes du centralisme démocratique. Il reste ouvert au débat d’idées constructif, à l’expression forte, courageuse et publique de toutes les opinions et positions, à la critique et à l’autocritique.

La conception de la démocratie chez la plupart de nos concitoyens étant communautariste, parce que fondée sur « l’égalité et la justice, le respect mutuel, l’unité et le travail en commun », le Rassemblement Pour le Mali (RPM) veut intégrer les fondements de l’organisation sociale des communautés de base « démocratiques et républicaines » avec les principes de la gestion administrative d’une entreprise politique.

C’est pourquoi, le Rassemblement Pour le Mali (RPM) est conçu comme une équipe d’hommes et de femmes, rassemblés autour d’un chef d’équipe, qui en est le leader politique. Celui-ci est le premier et principal responsable du RPM.
Un chef d’une équipe politique est nécessairement un rassembleur, un meneur d’hommes et un élément d’équilibre. Pour constituer la référence du groupe, le principal responsable doit s’efforcer de refléter la personnalité et l’image extérieure fortes et positives du projet tout en incarnant ses valeurs cardinales et ses principes organisationnels. Il doit en outre pouvoir dire la vérité et être capable de justice et d’équité.

Les responsables du RPM à l’échelon comité, sous-section, section et fédération doivent incarner, à l’instar de son principal responsable, l’éthique, la personnalité et l’image extérieure du RPM. C’est pourquoi, ils doivent être choisis parmi les hommes et les femmes de vérité, les hommes et les femmes crédibles, rassembleurs, justes, capables d’équité envers chaque camarade du RPM. Ils sont socialement représentatifs et politiquement capables et engagés. A ce titre, ils seront suffisamment responsabilisés vis-à-vis de l’échelon supérieur et évalués chaque fois au regard de la ligne du RPM, de ses valeurs et principes fondateurs, de ses objectifs électoraux et des qualités de premiers responsables telles que décrites plus haut.

Pour la constitution d’une telle équipe, il ne peut et ne doit y avoir d’exclusion, d’esprit de clan, de groupe ou de tendance. Dans une communauté comme au sein de notre famille politique, ce sont : l’idéal de vie, les objectifs politiques, les valeurs partagées et les principes de travail qui constituent le socle, la plate-forme commune et le cadre de référence pour le projet.

Par contre, les divergences des idées, les contradictions dans les prises de position sont admises du fait qu’elles constituent un facteur d’enrichissement. C’est le débat franc, sincère, direct, sans à priori et dirigé suivant les principes démocratiques et de respect mutuel qui permet d’ atténuer les divergences et contradictions et rapprocher les positions.
C’est pourquoi, le Rassemblement Pour le Mali (RPM) a opté pour le principe d’une représentation consensuelle et proportionnelle de toutes les sensibilités politiques et sociales en son sein lors de la mise en place des équipes dirigeantes. Il en est de même que celle des structures de base dans les organes hiérarchiquement supérieurs partout où cela est possible et compte tenu du critère de fonctionnalité de ces organes. Toutefois, l’affectation des postes de responsabilité peut faire intervenir une procédure de vote.

Le vote est un acte politique de haute portée démocratique. Il se conçoit sur la base de un homme – une voix et consacre l’égalité des militants et des sexes. Le vote est l’expression matérielle la plus forte de la volonté de la majorité et de la participation du plus grand nombre. Le vote intervient dans tout processus de prise de décision au sein du RPM, notamment pour l’adoption des motions, résolutions, déclarations et dans le choix des hommes.

Chers délégués, le BPN a voulu rappeler en quelques mots certaines valeurs, des principes fondateurs et lignes philosophiques qui doivent caractériser le Rassemblement Pour le Mali (RPM) et guider notre action politique. Il ne faut jamais oublier que notre pays compte environ quatre vingt partis politiques, entre lesquels les maliennes et les maliens se sont regroupés en fonction de leurs sensibilités et choix philosophiques, éthiques et de société. Nous qui sommes là aujourd’hui, venus de toutes les régions du pays et de l’extérieur avons donc décidé de fonder une et une seule famille politique autour du camarade Ibrahim Boubacar KEITA.

Puisse Allah le tout puissant faire régner la paix et la concorde au sein de notre famille et accompagner le Rassemblement Pour le Mali (RPM) sur le chemin de la victoire de 2002. Amen !

Source : rapport du Secrétaire général au second congrès du RPM)